Partager cet article

Dimitri Cavaré : " Je suis là pour aider l'équipe"

Dimitri Cavaré : " Je suis là pour aider l'équipe"

Hier, en début d’après-midi, Dimitri Cavaré effectuait son retour avec la première équipe. Arrivé en février 2020 en Valais, le latéral de 26 ans avait été contingenté avec les M21 en début de saison lorsque Fabio Grosso l’avait mis à l’écart. Ses récentes prestations avec l’équipe d’Alexandre Quennoz lui ouvrent à nouveau les portes de la première équipe. À la sortie de l’entraînement du jour, le Français est revenu sur sa première année en Valais, son rôle avec les jeunes espoirs valaisans et ce qu’il peut apporter en cette fin de championnat. Rencontre avec un homme dont la mentalité restera à coup sûr un exemple pour l’ensemble des M21.

Tu es arrivé en février 2020 au FC Sion. Une année marquée notamment par la pandémie. Est-ce que c’était compliqué de t’intégrer ici ?

Non, en vrai, ça s’est bien passé. Je suis arrivé en février et on a quand même pu s’entraîner. Les joueurs de l’époque et notamment ceux qui sont encore là cette année ont été très accueillants et tout cela s’est fait de manière naturelle. Par la suite, il y a eu cette pause à cause de la pandémie. Mais tout a été normal et bien fait.

Tu as fait 3 apparitions en Super League avant d’être contingenté avec les M21 au début de la saison actuelle. Ce fut un nouveau coup dur on imagine ?

Sur le moment, je me dis que ce sont les choix du coach. Je les accepte et il n’y avait aucun problème. Après, plus ça a duré et plus c’était dur pour moi. Au début, je me suis dit que je devais continuer à travailler et que j’allais revenir, mais ça ne s’est pas fait au final.

Dans cette équipe M21, tu as endossé un rôle de grand frère, de leader, avec une mentalité irréprochable. Ce rôle te tenait à cœur ?

Oui, ça me tenait vraiment à cœur. Il y a beaucoup de jeunes qui sont à la porte du groupe professionnel, mais je pense qu’ils ont encore beaucoup de travail pour y parvenir. On doit toujours travailler encore plus, on est jamais arrivé. Je n’ai pas 35 ans non plus, mais à 26 ans, j’étais celui qui avait le plus d’expérience. J’ai aussi connu d’autres clubs et d’autres championnats. La plupart des joueurs qui sont en M21 ont connu que le FC Sion. Pour moi, c’était essentiel d’apporter ma touche en plus de celle des entraîneurs, surtout sur le terrain. C’était important, même si je peux le dire, ça n’a pas toujours été facile.

Tu es devenu un des piliers d’une formation qui tourne bien. Qu’est-ce que tu as pu tirer de cette expérience en M21 ?

Sincèrement, j’ai beaucoup appris. Vous savez, ça n’a pas été facile tous les jours. Parfois, la motivation n’y était plus, mais je ne pouvais pas lâcher. J’ai beaucoup discuté avec les entraîneurs et je pense qu’il faut garder beaucoup d’humilité dans ce sport et ce travail. Peu importe la catégorie et l’âge des gens avec qui on travaille, il faut toujours rester sérieux et essayer d’apporter ce qu’on peut.

Tes performances t’ouvrent à nouveau les portes de la première équipe. Comment s’est fait ton retour dans le groupe professionnel ?

Je pense que ce retour fait suite aux récentes performances que j’ai pu faire avec les M21. Après, pour moi, je suis très heureux, c’est que du bonus. J’ai fait toute la saison avec les M21 et je ne croyais plus trop à un retour en première équipe. Le coach a changé, les cartes ont été redistribuées. J’aurais peut-être ma chance. Les gars qui sont là, je les connais déjà tous donc je suis très heureux de faire partie de cette équipe.

Depuis hier, tu es à nouveau aux entraînements sous les ordres de Marco Walker. Comment est-ce que ça se passe ?

Oui, tout se passe bien. J’ai parlé avec l’ensemble du staff. Je me sens bien dans cette équipe et je suis prêt à travailler.

Tu arrives dans une équipe qui est lanterne rouge et qui doit sauver sa peau. Qu’est-ce que tu peux lui apporter en vue de cette fin de saison ?

Comme en M21, je peux apporter ma touche. Je suis là pour aider l’équipe. Je ne pense pas que je vais changer l’équipe entière. Si ça se trouve, je ne vais peut-être même pas jouer. Déjà aux entraînements, je peux apporter de l’impact, donner de la voix. Je peux apporter ça en premier. Après, sur le terrain, je suis prêt à faire mon travail et à mettre ma pierre à l’édifice pour sortir le club de cette situation.

Photo : Luisetto