Actualité

Accueil > Club > Actualité

Un sentiment qui ressemble à de l'espoir

(25.08.2019)

Lorsque les premiers supporters du FC Sion prendront le chemin du stade, en début d'après-midi ce dimanche, il flottera dans l'air de Tourbillon un sentiment qui ressemble à celui des belles années. Les débuts de championnat sont faits pour cela, au fond, et chaque été est la promesse d'un nouveau départ. Ce sentiment aurait pu être brisé par le sec 1-4 reçu de la part du FC Bâle ici-même lors de la première journée, mais la vérité est que les joueurs du FC Sion ont bien réagi. Deux victoires et un nul plus tard, les voilà de retour dans ce si beau stade avec une envie forte: montrer qu'ils forment une vraie équipe et aller chercher trois nouveaux points, ensemble.

Les joueurs l'ont dit cette semaine, le staff aussi: le match de ce dimanche est très important et ils veulent l'aborder de manière conquérante. Ce ne sont que des paroles, mais il faut laisser aux Sédunois que, pour l'instant, ils ont à chaque fois tenu leur promesse d'avant-match. Depuis le début de championnat, Stéphane Henchoz peut compter sur des joueurs discilpinés, unis et travailleurs. Ceux qui ne rentrent pas dans cet état d'esprit ne sont plus là, ou sont en passe de partir. La première équipe du FC Sion ressemble à son entraîneur, ce qui est déjà un pas en avant: elle respecte les bases du football.

Evidemment, tout le monde aimerait un peu plus de flamboyance, et Stéphane Henchoz aussi. Mais la vérité est qu'il a besoin d'un peu de temps encore et il n'est pas inutile de rappeler que Bastien Toma et Anto Grgic, les deux joueurs le plus à même de créer du jeu à mi-terrain, entament leur montée en puissance commune maintenant. Aucun d'eux n'a débuté face à Bâle et Grgic n'a réellement eu un impact sur l'équipe que dès la mi-temps du match face à Zurich. Proposer du jeu ne se fait pas simplement en le décrétant, les automatismes doivent être travaillés, les repères mettent du temps à être trouvés, mais ce travail ne peut se faire que si les valeurs de combat, de solidarité et de discipline sont respectés. Le FC Sion en est là, pour l'instant.

Chaque match doit être l'occasion de progresser, cela dit, et la réception du FC Lucerne ce dimanche peut être un pas en avant dans ce processus d'amélioration continue, tout en sachant bien que le plus important reste de gagner. Le FC Sion, pour l'heure, ne regarde pas le classement, ni l'horizon. Tout est mis en oeuvre durant la semaine pour gagner le prochain match, que l'adversaire s'appelle Allschwil ou Lucerne. Stéphane Henchoz est un pragmatique et il s'agit là d'une grande qualité. Avec lui, ceux qui sont sur le terrain sont les joueurs les meilleurs et les plus en forme, indépendamment de leur carrière ou de leur nom. Lorsqu'on a joué 200 matches avec Liverpool, il est sans doute plus simple d'expliquer à un joueur de Super League que sa place est sur le banc. Cette méthode fait du FC Sion le troisième du championnat après quatre journées, une position qui ne garantit rien, sauf une chose: servir de base pour continuer à grandir. Et pourquoi pas commencer à creuser un petit écart ce dimanche soir... On rêve un peu? On espère, surtout. Comme avant chaque montée au stade, en fait. Ce sentiment-là, rien ne le remplace. Jusqu'au coup d'envoi...

Stéphane Henchoz veut prolonger la série

(24.08.2019)

Les joueurs du FC Sion ont effectué samedi leur dernière séance avant le match de dimanche face à Lucerne à Tourbillon (16h). Si Stéphane Henchoz a eu le plaisir de récupérer beaucoup de monde, il préfère rester prudent. "Quelques-uns de ces joueurs ont réintégré les entraînements collectifs les deux derniers jours, voire même vendredi seulement. Tous ne sont pas encore fit pour débuter un match et l'un ou l'autre sera peut-être sur le banc", explique le technicien fribourgeois. Parmi les certitudes, Kevin Fickentscher est certain d'être titulaire dimanche, avec Timothy Fayulu en remplaçant. Anton Mitryushkin sera lui titulaire avec les M21 samedi à Köniz (16h) en Promotion League. Ermir Lenjani est lui aussi disponible à 100%, tandis que Patrick Luan est forfait pour cette rencontre. Cleilton Itaitinga, Yassin Fortune et Valon Behrami étaient eux tous présents sur le terrain de Martigny-Croix ce samedi, après avoir manqué le déplacement à Allschwil.

La préparation pour cette cinquième rencontre de Super League a été marquée par un déménagement forcé mardi à Fully. "On a eu une bonne préparation quand même, aucun souci. C'est vrai que c'était un peu perturbant en début de semaine, parce que notre terrain habituel de Martigny-Croix n'était pas disponbile. Le mardi, on a dû aller sur un synthétique, ce qui est toujours dommage au mois d'août. Mercredi, on a retrouvé l'herbe et dès jeudi, notre terrain de Martigny-Croix. Donc il n'y a aucun problème", explique Stéphane Henchoz, qui n'est pas un homme à se chercher des fausses excuses.

Sion reste sur deux succès en championnat et une qualification en Coupe de Suisse, ce qui est forcément bon pour la confiance. "Si on est sur une bonne série, ou disons plutôt mini-série, il faut tenter de la prolonger. Là, on doit essayer de construire sur les bonnes choses qu'il y a eu dans les dernières semaines, mais on sait que le résultat a été une chose, la manière une autre. Il y a encore du boulot à effectuer, que ce soit avec ou sans ballon", continue le technicien, très lucide et qui ne veut surtout pas entendre parler d'une quelconque crise au FC Lucerne. L'équipe de Thomas Häberli ne se trouve au fond que trois points derrière le FC Sion au coup d'envoi. "Lucerne est une bonne équipe, c'est solide, c'est costaud, c'est physique, ils savent ce qu'ils font. De toute façon, on constate que toutes les équipes se tiennent dans ce championnat, mis à part peut-être pour l'instant Bâle et YB qui sont devant. Entre les huit autres, c'est très serré, on le constate chaque week-end."

Les M21 ont montré du jeu, mais aucune efficacité

(24.08.2019)

Trois défaites à l’extérieur, deux victoires à domicile. Le bilan des M21 est très lisible cette saison, à défaut d’être convaincant pour une équipe qui vise ouvertement une place dans les cinq premiers de Promotion League. Ce samedi, dans un Liebefeld de Köniz qui conserve tout son charme boisé même si l’équipe l’occupant n’a plus autant d’ambitions que par le passé, les M21 ont été convaincants dans le jeu de possession, confisquant le ballon, mais ils se sont montrés trop peu efficaces offensivement et surtout un peu trop gentils en défense. Deux défauts rédhibitoires en Promotion League face à une équipe de Köniz limitée, mais qui a, elle, joué à 100% de son potentiel.

L’équipe de Sébastien Bichard a en effet offert les deux premiers buts aux Bernois, qui n’ont pas eu d’autres occasions d’inquiéter Anton Mitryushkin. 2-0 à la 40e, un salaire royal pour Köniz, mais Baltazar a pu ramener le score à 2-1 à la 43e, bien servi par Mauro Rodrigues.

Nathanaël Saintini, avant la pause et en toute fin de match, Berkan Kutlu à deux reprises, Nasser Daoudou, Mauro Rodrigues… Tous ont eu l’occasion d’inscrire le 2-2, sans succès, la plus grande chance étant pour Baltazar, dont le coup de tête de la 51e a été miraculeusement sauvé par Joschua Neuenschwander, le très bon gardien du SCK. Les Bernois se sont même offert deux occasions de marquer le 3-1 en contre, sans y parvenir. Les M21 ont dominé outrageusement la deuxième mi-temps, Köniz ne faisant que défendre, et ils auraient sans doute mérité d’égaliser… mais ils sont les seuls fautifs de ne pas y être arrivés. Cette équipe a du potentiel, c’est certain, et la voir faire vivre le ballon comme elle arrive à le faire par séquences est porteur d’espoir, mais elle doit absolument progresser dans sa mentalité «tueuse», que ce soit en phase offensive ou défensive. Les absences des deux avant-centre Philippe (avec la première équipe) et Fred Da Costa (malade) n’expliquent pas tout: les M21 ont l’habitude de voir des joueurs faire l’aller-retour avec la «Une» et une partie de leur job est de trouver des solutions eux-mêmes pour compenser les absences. Ce samedi, ils n’y sont tout simplement pas parvenus.

SC Köniz – FC Sion M21 2-1 (2-1)

Buts 7e Gerber 1-0, 40e Kasai 2-0, 43e Baltazar 2-1

Sion Mitryushkin; Kabashi, Saintini, Sergi, Cordova; Edgar Antonio, Aguilar; Baltazar (80e Muminovic), Kutlu (68e Hugo Pinto), Rodrigues (68e Cotter); Daoudou (75e De Oliveira).

Entraîneur: Sébastien Bichard  

Une vraie fête de tirs dans le Haut-Valais ce samedi!

(24.08.2019)

Le FC Sion s'est fait plaisir lors de son escapade haut-valaisanne ce samedi! Trois matches étaient au programme pour l'élite des juniors valaisans et le moins que l'on puisse dire est que les spectateurs se sont fait plaisir à Steg, Brigue et Viège, les lieux de ces trois rencontres face au FC Thoune.

Les M16 ont débuté à Steg par un spectaculaire 4-4. Les M18 ont enchaîné à Viège par une victoire 5-2, avant le feu d'artifice final et un puissant 7-0 infligé à Brigue par les M15 à leurs homologues thounois! De quoi réjouir l'entier du club sédunois, qui gardera donc un très bon souvenir de ces matches "délocalisés". Vivement la prochaine occasion de revenir dans la partie germanophone du canton! 

Un FC Sion Féminin tout en maîtrise à Vuisternens

(24.08.2019)

Deuxième victoire en deux matches pour Diana Ferreira Pinheiro et ses coéquipières dans ce nouveau championnat de 1re ligue! Les Sédunoises se sont à nouveau montrées très appliquées ce samedi, en s'en allant remporter trois points dans le très joli décor de la Glâne, pas loin de Romont, face à une équipe de Vuisternens-Mézières qui avait elle aussi remporté sa première rencontre. Comme face à Schwytz samedi dernier (5-1), les filles ont livré une première période de très haut niveau, se montrant conquérantes et très inspirées collectivement. Les occasions ont été nombreuses et, contrairement à dimanche dernier, elles n'ont cette fois pas tardé à ouvrir le score puisqu'il n'a fallu que huit minutes à Marion Constantin pour glisser le ballon entre les jambes de la gardienne fribourgeoise pour le 0-1.

A nouveau parfaitement disposées en 4-1-4-1, les Sédunoises ont régalé leurs supporters durant les quarante-cinq premières minutes, s'attirant bon nombre de compliments mértiés. Et, tout comme face à Schwytz, elles ont pris le large (coup-franc lointain de Diana Ferreira Pinheiro pour le 0-2), avant de se déconcentrer un peu. Vuisternens-Mézières en a profité pour revenir à 1-2, mais les filles ont une fois de plus fait preuve de caractère. Dimanche dernier, elles avaient eu besoin d'une minute pour marquer le but de la sécurité... exactement comme ce samedi soir lorsque Charlotte Brun a ouvert son compteur du soir pour inscrire le 1-3! L'avant-centre, toujours aussi prolifique, a ensuite inscrit le 1-4 à la 80e et la fin de match n'était dès lors plus qu'une formalité, même si Vuisternens-Mézières a pu réduire le score à quatre minutes de la fin.

"C'était un peu le même match que contre Schwytz, c'est vrai. Il y a beaucoup de positif, notamment offensivement et dans l'état d'esprit. On travaille bien, mais on se crée un peu des problèmes avec nos largesses défensives. Et puis bon, en première période, on aurait pu aller trois fois seules au goal et on tergiverse un peu. Tout n'est pas parfait, mais je suis globalement très satisfait", a réagi David Vernaz, qui a engrangé ce samedi son troisième succès en trois matches officiels depuis qu'il est arrivé à la tête de cette équipe cet été, puisque les filles ont également remporté leur match de Coupe. Carton plein, donc, pour l'instant.

Voilà donc du travail très bien fait! Prochain match, samedi 31 août à l'Ancien-Stand face au club vaudois de Pied du Jura. Aux filles de confirmer leur excellent début de championnat, en montrant la même envie et la même application, tout en progressant sur la concentration et l'efficacité. L'avenir s'annonce bien, à condition de travailler encore et encore.

FC Vuisternens-Mézières - FC Sion 2-4 (0-1)

Buts 8e Constantin 0-1, 52e Ferreira Pinheiro 0-2, 61e FCVM 1-2, 62e Brun 1-3, 80e Brun 1-4, 86e FCVM 2-4.

FC Sion Gaspo; Arlettaz, Varone, Gabioud, Antunes Ramos; Jordan; Riva, Ferreira Pinheiro, Constantin, Monnet; Brun.

Ont débuté sur le banc: Aymon, Maye, Berchtold, Fontannaz.

Entraîneur: David Vernaz

Gaëlle Gabioud: le Grand Raid le matin, trois points le soir!

(24.08.2019)

"Elle m'a dit en arrivant qu'elle avait les jambes un peu lourdes!", se marre David Vernaz. L'entraîneur du FC Sion Féminin était très satisfait de la victoire de son équipe samedi soir à Vuisternens-Mézières (2-4), et a également pris un peu de temps pour témoigner son admiration envers l'une de ses joueuses en particulier. La défenseure centrale Gaëlle Gabioud a en effet parcouru les 40 kilomètres du Grand Raid Verbier-Grimentz samedi matin en 2h et 9 minutes, avant d'enchaîner avec le match de 1re ligue du soir dans la Glâne! "Et elle a joué 90 minutes! Il faut absolument l'interviewer!", a relevé Charlotte Brun, aussi efficace face au but adverse que pour mettre sa coéquipière en valeur. Fatiguée, mais contente de sa journée, Gaëlle Gabioud a accepté de prendre quelques minutes pour commenter sa (double) performance du jour. 

Gaëlle, déjà bravo pour cet exploit! Vous avez fait la surprise à votre entraîneur en montant dans le bus ou vous lui aviez glissé un mot avant quand même?

Non, non, il savait, il était au courant (rires)! Mais bon, il n'y avait pas le choix, je devais enchaîner les deux, c'était le même jour!

Et en plus, sincèrement, vous avez fait un bon match ce soir...

Ca va, ça va, on s'en sort (rires). Les jambes vont toutes seules, vous savez...

Plus globalement, deux matches, six points, le début de championnat se passe bien, non?

Oui, c'est satisfaisant, même si on manque un peu de jeu aujourd'hui.

Vous trouvez vraiment? En première mi-temps c'était plutôt bien, non?

Oui, mais après, on prend un but évitable... Bon, heureusement, on marque le 1-3 tout juste derrière.

Comme contre Schwytz dimanche dernier!

Exactement. C'était la réaction à avoir, on s'est bien battues, on n'a rien lâché.

Pourquoi ce manque de concentration autour de l'heure de jeu? C'était déjà le cas contre Schwytz. Faut-il s'en inquiéter?

Difficile à dire... Elles jouent plus haut, on recule trop. On a joué vraiment bas aujourd'hui en deuxième période et on a senti que ce but allait arriver. On le prend sur balle arrêtée, bon, mais l'important, c'est qu'on a réagi direct. C'est le principal à retenir je crois.

Cela prouve votre caractère?

Oui. On ne lâchera pas.

Pour le prochain match contre Pied du Jura, à quoi s'attendre de la part du FC Sion Féminin?

On les connait bien, on jouait contre elles en 2e ligue inter. On sait à quoi s'attendre et on sait ce qu'on a à faire.

Et pour la suite? Ces deux victoires donnent envie de rester tout devant, non?

On ne va pas trop regarder le classement pour l'instant. On veut enchaîner, tenir le rythme, garder la lucidité. Jouer au football, quoi! 

 

Le 12ème homme: votre rôle à jouer pour le FC Sion!

(23.08.2019)

Quatre matches, sept points et une troisième place en championnat, un succès 10-1 et une qualification obtenue sans trembler en Coupe: si tout n'est, certes, pas encore parfait, le FC Sion peut se montrer satisfait de son début de saison. Pour poursuivre cette série le plus longtemps possible et vivre de belles émotions durant cet exercice, le club valaisan compte sur votre précieux soutien. Par votre présence au stade, vos chants, vos encouragements et votre simple soutien, vous représentez une force supplémentaire pour Xavier Kouassi et ses coéquipiers. Votre rôle auprès de l'équipe est très important: vous êtes le 12ème homme!

Pour sentir le plus possible cette force supplémentaire pouvant le porter vers le haut du tableau, le FC Sion vous encourage vivement à souscrire un abonnement et à venir le soutenir lors des 16 rencontres encore au programme cette saison à Tourbillon. Une caisse spéciale sera ainsi ouverte devant la tribune principale dimanche en marge de la rencontre face au FC Lucerne. Bien entendu, toute personne souscrivant une nouvelle carte se verra offrir un billet lui permettant d'assister gratuitement à ce 3ème match à domicile de Stéphane Henchoz et ses hommes. 

 

Xavier Kouassi : «Nous devons être encore plus exigeants avec nous-mêmes!»

(23.08.2019)

Capitaine de ce FC Sion plein de caractère, troisième du championnat et qualifié sans trembler pour le prochain tour de la Coupe, Xavier Kouassi a de quoi être satisfait du début de saison de son équipe. A la sortie de l’entraînement de ce matin à Martigny-Croix, un peu plus de quarante-huit heures avant la réception de Lucerne à Tourbillon, l’Ivoirien s’est arrêté vers nous pour évoquer notamment les derniers matches, les ambitions du groupe et la rencontre de dimanche.

Xavier Kouassi, si l’on vous demande ce qu’il faut retenir du début d’exercice du FC Sion, que nous répondez-vous?

La bonne réaction de toute l’équipe après la défaite contre Bâle. Nous avions à cœur de bien commencer, ce qui n’a malheureusement pas été le cas avec ce revers dès le premier match, devant notre public qui plus est. Nous devions donc tout de suite nous racheter ce qui a, je crois, été bien fait jusqu’à présent. Nous sommes 3èmes, une place que l’on veut garder le plus longtemps possible même si l’on ne s’interdit pas, loin de là même, de regarder plus haut encore.

Vous l’avez dit, l’équipe a montré une belle réaction après le premier match. On sent vraiment une amélioration de semaine en semaine…

Oui et je crois que c’est normal. On a un nouveau coach, des nouvelles idées de jeu à assimiler et tout ça ne se fait pas en un claquement de doigts. On travaille vraiment dur au quotidien à l’entraînement pour être le plus compétitif possible lorsque le match arrive et on sent depuis quelques semaines que ça va de mieux en mieux. Mais attention, ce n’est pas parce qu’on a gagné nos trois derniers matches que l’on doit maintenant nous reposer sur nos lauriers. Il faut au contraire que l’on soit toujours plus exigeants avec nous-mêmes afin de continuer à progresser et poursuivre cette série le plus longtemps possible.

Lors des deux derniers matches de championnat, face à Zurich et à Lugano, on a vraiment senti le caractère du groupe qui s’est battu pour l’emporter malgré des faits de jeu défavorables. Une fierté pour vous en tant que capitaine on imagine…

Bien sûr, je l’avais d’ailleurs relevé dès la fin du match au Tessin. La volonté démontrée par l’ensemble d’entre nous tant à dix contre Zurich qu’avec tous les blessés à Lugano montre le caractère qui nous anime. C’est aussi une volonté du coach, il insiste pour que l’on se batte sur absolument chaque ballon, quel que soit le score. Mais oui, effectivement, en tant que capitaine je suis très fier de mes coéquipiers!

Dimanche vous retrouvez le Stade de Tourbillon pour y accueillir le FC Lucerne, un adversaire qui vous a plutôt bien réussi ces dernières années. A quel genre de match vous attendez-vous?

Ah vous savez, comme toujours dans ce championnat, ce sera une partie difficile. La Super League est vraiment très serrée, tout le monde peut battre tout le monde, on le voit chaque week-end. On connaît les forces du FC Lucerne, ils ont des grands joueurs, ils n’hésitent pas à jouer physique quand il le faut donc de notre côté, il faudra être prêts à aller au combat et ne pas avoir peur des duels. Je m’attends à un match engagé mais avec le soutien de notre public nous avons pour moi un petit avantage sur eux.

Les intempéries du début de semaine vous ont contraint de vous exiler du côté de Fully. Malgré ça vous avez pu préparer dans de bonnes conditions ce match?

Oui et je tiens d’ailleurs à saluer le travail du staff et des dirigeants qui se sont démenés pour nous trouver un terrain de remplacement. On a bien bossé tous ces jours et on se sent maintenant prêts à se battre pour décrocher les trois points et poursuivre notre série dimanche. Avoir dû nous entraîner sur du synthétique au début de la semaine n’est vraiment pas un problème, ce d’autant que nous nous rendons à Thoune la semaine prochaine. Il faudra bien nous réhabituer à cette surface artificielle…

Enfin, parlons un peu de vous. Depuis le début de la saison vous êtes aligné dans une position de défenseur central. Comment le milieu de terrain de métier que vous êtes le vit-il?

Écoutez, on me pose souvent la question pour savoir si je suis heureux ou non dans cette position. La seule chose que j’ai à dire c’est que je me tiens toujours à disposition du coach. A la base je suis un milieu de terrain, c’est vrai, on le sait tous. Mais si l’entraîneur fait le choix de me faire jouer derrière, c’est qu’il estime que c’est dans cette position que j’apporte le plus à l’équipe. C’est une décision que j’accepte et que je respecte, surtout que, grâce à Dieu, j’ai la chance d’être relativement polyvalent. Aucun problème donc avec le fait de jouer défenseur.

Stéphane Sarni : «Fier de transmettre mon expérience aux jeunes!»

(22.08.2019)

«Le coup-franc botté par Obradovic, un ballon prolongé par Monterrubio et goooooal, et c’est Sarni! C’est Sarni qui marque!». C’était le 20 mai 2009 : Yannick Paratte, commentateur pour la RTS, s’enflammait devant son micro au moment où le FC Sion revenait de nulle part face à Young Boys en finale de Coupe. Dix ans plus tard, celui qui avait permis à son équipe de revenir à 2-2  occupe désormais la fonction d’entraîneur des M16 du club. Il se souvient parfaitement de ce moment chargé en émotions.

Stéphane Sarni, si on vous dit 20 mai 2009, vous savez à quoi on fait référence?

La finale de la Coupe de Suisse, bien entendu!

Cette finale, on peut dire que c’est le plus beau souvenir de votre carrière de joueur?

C’est l’un des plus beaux en tout cas, oui. Il y a aussi celle de 2006 qui était complètement différente, on jouait en Challenge League, on luttait pour la promotion et le club attendait un titre depuis 1997 donc c’était un match tout aussi important. Gagner ce trophée alors que l’on évoluait en 2ème division, c’était quelque chose de fort. Mais pour en revenir à 2009, la tournure de la finale en elle-même et ce qui m’est arrivé ce jour-là fait que c’est l’un des meilleurs souvenirs de ma carrière oui.

Ce qui vous est arrivé, c’est notamment ce but égalisateur tombé en début de seconde période. En tant que défenseur central, faire trembler les filets n’était pas votre mission principale. Ce qui donne encore plus de saveur à cette réussite en finale?

Oui c’est sûr, ce d’autant que l’avant-match avait été quelque peu particulière pour moi. Ce qui ne se sait pas forcément…

Racontez-nous…

Quatre jours avant ce match, j’étais titulaire face à Xamax en championnat et, sans me prendre la tête, j’avais été l’un des meilleurs sur le terrain. Le coach (ndlr : Didier Tholot) avait toutefois décidé de me faire commencer la finale sur le banc. Une décision extrêmement difficile à accepter.

Vous êtes finalement rentré peu après la demi-heure pour remplacer Obinna Nwaneri, blessé. Au moment de pénétrer sur la pelouse, vous vous êtes dit qu’il fallait mettre la frustration de ne pas commencer au service du collectif?

Exactement! C’était une rage supplémentaire qu’il fallait utiliser pour revenir dans la partie.

Vous avez connu plusieurs clubs différents au cours de votre carrière mais on peut dire que le FC Sion a toujours eu une place particulière dans votre cœur?

Forcément, c’est le club où j’ai grandi, où j’ai fait mes classes juniors, où j’ai débuté en première division. Le FC Sion c’est le club de mon cœur, le club de ma vie.

Raison pour laquelle c’est logiquement au sein du club sédunois que vous avez décidé de véritablement lancer votre carrière d’entraîneur?

Oui et c’est une fierté de pouvoir transmettre aux jeunes d’aujourd’hui ce que j’ai eu moi-même la chance de recevoir à l’époque : une formation de haut niveau, avec des entraîneurs compétents, des excellentes infrastructures et un club qui fait partie des meilleurs du pays.

Devenir entraîneur c’est quelque chose dont vous avez toujours eu envie?

Oui, comme je l’ai dit, je ressentais le besoin de mettre mon expérience au profit des jeunes, de donner à mon tour ce que j’avais reçu à l’époque.

Vous êtes à la tête des M16 du FC Sion. Comment se passe le travail au quotidien avec des jeunes joueurs encore au début de leur parcours de formation?

C’est quelque chose de magnifique, vraiment! On a la chance de pouvoir avoir la crème du football valaisan des moins de 16 ans. On peut donc beaucoup exiger des joueurs, ils ont envie d’apprendre, ils sont remplis de rêves et c’est à nous des les aider à les réaliser. De faire en sorte qu’ils puissent devenir footballeurs.

Quels sont vos objectifs pour cette nouvelle saison que vous avez débuté par un court revers sur la pelouse du Team Ticino samedi dernier?

Plus que les résultats, c’est la progression de mes joueurs qui m’importe. Après, c’est sûr que c’est toujours plus facile de travailler la semaine lorsque les victoires sont au rendez-vous le week-end mais en M16 l’important est avant tout de progresser dans tous les domaines pour poursuivre sa formation dans les meilleures conditions.

Au Tessin vous avez aligné votre équipe en 4-5-1. De par votre passé de joueur, la rigueur défensive c’est quelque chose sur laquelle vous insistez en tant qu’entraîneur?

Entre autres oui mais pas que. Il y a beaucoup de choses sur lesquelles il faut insister en tant qu’entraîneur. C’est un métier qui demande beaucoup de réflexion, il y a plein de petits détails à prendre en compte, surtout avec une classe d’âge comme celle de mon équipe qui se trouve à un moment charnière entre l’adolescence et le monde adulte. C’est une recherche au quotidien, une interrogation permanente sur soi-même. Personnellement après chaque match, chaque entraînement je me remets beaucoup en question, je réfléchis à ce que je pourrais amener de mieux à mes joueurs dans le laps de temps parfois court durant lequel je les ai, à savoir des périodes d’un à deux ans.

Samedi vous accueillez Thoune pour votre premier match à domicile de l’exercice. Une rencontre qui se disputera du côté de Steg. En tant que club phare du canton, c’est important pour le FC Sion de se produire dans tout le Valais?

Oui et c’est quelque chose de très sympa je trouve car c’est une région dans laquelle on ne se rend que très rarement. De plus, nous avons cette saison six joueurs haut-valaisans dans l’équipe donc aller jouer là-bas permet qu’ils se sentent pleinement concernés. Cela nous donne en outre l’occasion de montrer ce que l’on fait à des personnes qui ne peuvent peut-être pas nous suivre chaque semaine comme les parents ou les proches des joueurs.

Depuis quelques saisons, plusieurs jeunes issus du centre de formation ont éclos en Super League avant, pour certains, de rejoindre l’un ou l’autre des principaux championnats étrangers. Cette possibilité, s’ils travaillent bien au quotidien, de percer dans l’élite, c’est quelque chose à laquelle vous parlez avec vos joueurs?

Bien sûr. Il faut citer en exemple ceux qui les ont précédés comme Edimilson Fernandes, Vincent Sierro ou Bastien Toma notamment. J’ai eu la chance de connaître l’un ou l’autre d’entre eux par le passé et je pense que leur parcours montre aux jeunes actuels que c’est possible d’y arriver, ils leur donnent un supplément d’envie de réaliser leur rêve qui est de pratiquer le plus beau métier du monde, celui de footballeur.

Et enfin, Stéphane Sarni entraîneur sur un banc de Super League à l’avenir, c’est quelque chose d’envisageable?

Pourquoi pas? C’est sûr que nous avons tous des ambitions, moi le premier donc je ne ferme pas la porte à une telle hypothèse. Maintenant, je pense qu’avant d’envisager diriger une équipe de l’élite, toutes les étapes sont importantes, pédagogiquement notamment. Pour pouvoir réussir à faire passer son message, ses idées avec les pros je pense que l’avoir fait avec des jeunes au préalable est un bon exercice. Pour moi, c’est un passage presque obligatoire dans le processus de développement d’un entraîneur.

Suisse-Gibraltar: billets en vente dimanche à Tourbillon!

(22.08.2019)

Le dimanche 8 septembre prochain à 18h00, le Stade de Tourbillon aura l'honneur d'accueillir l'équipe de Suisse pour la quatrième fois de son histoire. A cette occasion, la Nati défiera Gibraltar dans le cadre de la sixième journée des éliminatoires pour l'EURO 2020. Le FC Sion a le plaisir d'annoncer à ses supporters qu'il sera possible d'acquérir des billets pour cette rencontre internationale ce dimanche en marge de la rencontre de Raiffeisen Super League face au FC Lucerne (coup d'envoi à 16h00). Un guichet spéciale sera ainsi ouvert dès 14h30.  Pour rappel, ces sésames sont disponibles aux tarifs suivants:

Secteurs Tarif
A4-A5-A6-A11-A12-A13 CHF 90.-
A2-A8 CHF 70.-
A3-A7-A10-A14 CHF 70.-
A1-A9 CHF 50.-
C2-C3-C4-C5-C6 CHF 80.-
C1-C7 CHF 60.-
Gradin Nord-Gradin Sud (B et D) CHF 30.-
Adolescents de moins de 16 ans (B et D) CHF 15.-

 

Pour celles et ceux ne pouvant malheureusement pas être présents dimanche à Tourbillon, les billets seront également en vente dès lundi au secrétariat du FC Sion situé au sein du Complexe de la Porte d'Octodure de Martigny-Croix. Il est en outre possible de les acquérir en ligne et en tout temps sur www.ticketcorner.ch.

Heineken TMR Octodure Voyage Chicco Doro Lehner Versand
Swisscom Raiffeisen Groupe E Taittinger

Réalisation

Axianet